22/11/2008

Un seul être vous manque et tout est dépeuplé ...

Il a neigé, un rouge gorge est venu se réfugier sous un sapin devant moi, c’était splendide,

Dans l’âtre, un feu, quelle chaleur divine, la seule chaleur qui réchauffe mis à par l’amour,

Les enfants se sont roulés dans la neige et sont rentrés d’une crêpe avides,

Le sourire aux lèvres et les joues rosies par la beauté de cet exceptionnel jour.

 

Elle les a regardés avec amour, mais avec la tristesse glacée comme le jour,

S’éteignant comme la flamme avec l’eau,

Elle ne sait plus ressentir ce qui est beau,

Puisque de toi, tu m’as ôté, ce que je croyais plus que tout, ton amour.

 

Elle est seule face à la vie, ses vicissitudes, face à tous les dangers,

Elle est seule face à son désarroi à n’en plus vouloir manger,

Mais elle combat, contre tous, contre elle pour ses enfants,

Parce qu’ils n’ont pas mérité d’être dépourvus de tout en un instant.

 

Souhaitons-lui de rebondir, de sourire, d’avoir envie de tout recommencer,

De croire que l’ont peut encore, malgré le passé, aimer,

D’ouvrir les yeux sur la vie, la nature et ses merveilles

Et non pas de s’endormir dans un dernier sommeil.

 

AD.

20:54 Écrit par Anne dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.